TN NEWS

Questions de l'heure: L'opposition et les enjeux nouveaux - Maya Jribi, secrétaire général du Parti Démocratique Progressiste (PDP)

"Refus de toute forme de violence. Le changement doit être politique"Elle paraît fragile. Mais c'est une fausse impression, Maya Jribi est la première femme tunisienne Secrétaire Général d'un parti politique quand elle parle, elle dégage une force de caractère et de sincérité qui sont les qualités de la vraie militante. Elle s'exprime dans un langage clair et limpide s'appuyant sur des arguments solides, fruit d'une longue expérience politique. Des atouts qui lui ont valu de succéder à Me Néjib Chebbi à la tête du PDP.Originaire de Tataouine, elle est née en 1960 à Tunis. Elle a fait ses études primaires et secondaires à Radès. Puis ses études universitaires à la faculté des sciences de Sfax où elle milite dans un mouvement estudiantin de gauche avant de devenir membre de la section régionale de la Ligue Tunisienne pour la Défense des Droits de l'Homme (LTDH) au début des années 80. De retour à Tunis en 1983 elle commence à travailler à l'UNICEF tout en collaborant au journal "Eraï" et participe avec d'autres militants à la création du Parti Socialiste Progressiste (RSP) qui devient en 2001 le PDP. Depuis 1986 et jusqu'à son élection au poste de Secrétaire Général en décembre 2006 elle a occupé le poste de membre du bureau politique du parti.Maya Jribi est directrice d'un bureau d'étude privé. Après Louisa Hanoun, Secrétaire Général du Parti des Travailleurs Algériens, Mme Jribi est la deuxième à occuper ce poste au Maghreb et dans le monde arabe. Interview. Le Temps : Après des années de blocage du dialogue avec les autorités, le PDP a été invité à participer à la Consultation Nationale sur la formation professionnelle : Qu'en pensez-vous ?Mme Maya Jribi : Il faut insister sur le fait que le PDP n'a jamais refusé le dialogue. Mais à un moment donné on a décidé de ne plus nous inviter. Il y a six ou sept ans on nous invitait et le secrétaire général de l'époque a participé à plusieurs consultations. Moi-même en tant que membre du bureau politique, j'ai assisté à certaines consultations.•Parlons de l'avenir ?-Cette invitation est certes à relever d'autant plus que cela fait des années que nous n'avons pas été invités. Nous avons donc répondu comme toujours positivement à cette invitation simplement nous avons signalé l'exclusion dont on a souffert durant des années. Pour nous il est nécessaire et indispensable de consulter toutes les formations politiques sans exclusion surtout quand il s'agit dequestions d'ordre national. Cette fois-ci il s'agit d'une consultation sectorielle certes très importante. Mais nous avons appelé à élargir les consultations aux dossiers politiques et y faire participer toutes les formations politiques de la société civile afin de concrétiser une réelle décrispation de la situation politique.• L'invitation du PDP à cette consultation est considérée par de nombreux observateurs comme un signe d'ouverture.-Nous considérons que la situation de crise que nous vivons a besoin de mesures concrètes et globales pour parler d'une ouverture significative et concrète à même de libérer les énergies dans une démarche constructive.• Comment vous vous sentez en tant que première femme à la tête d'un parti politique en Tunisie.-Etre femme - Secrétaire Général du PDP m'honore. Avoir bénéficié du soutien des militants du parti me donne beaucoup de confiance. J'estime aussi que cela traduit la capacité qu'ont les femmes à accéder aux postes de direction dans les différentes fonctions.J'aimerais dire aussi que je ne me considère pas comme une exception. I ...Read more

Tataouine Tunis Rades Sfax Tunisie Palestine Maya Jribi Néjib Chebbi

Articles similaires