TN NEWS

«Toutes les ombres» : un roman qui s'appuie sur l'inadéquation au réel

Béchir Garbouj a été professeur de littérature française avant de se consacrer à la traduction et à l’écriture. Sa traduction de Mahmoud Messadi, Abou Hourayra prit la parole et dit… (Editions du Centre National de traduction),a obtenu en 2009 le Prix national de la traduction et son roman, Passe l’intrus (Editions Déméter) le prix Comar d’or en 2017. Son second roman, Toutes les ombres, vient d’être publié, toujours chez Déméter.Dans ce roman le décor est vite planté :quatre personnages dans un hôtel au nord de la Tunisie, dans une ville qu’on devine grâce à des détails précis: «L’hôtel domine les maisons, le fort génois, le port de pêche qui va devenir une marina…  (p.14)Ces quatre personnages, Amsar, un habitué de l’hôtel, ancien enseignant, devenu actuaire; Elyès, un étudiant venu de Paris, « une sorte d’adolescent aux cheveux long» (p.15) envoyé par ses parents à cet hôtel pour s’y reposer; Heinrich, «à la mâchoire avançant légèrement » et à «la lourde crinière blonde… Un homme du nord, tout à ses pensées» (p.14) …, originaire de l’Allemagne de l’est, ayant déjà travaillé à Bizerte; et Magda, sa compagne, une jeune femme à « la forme gracile», «aux yeux bleu noir» p.16)Le style du roman, quant à lui, est volontiers lacunaire, rappelant le mode de la narration : des discussions brèves, des souvenirs sciemment sélectifs, surgissant aux moments propices, balisant la progression du récit, des bribes jaillissant parfois sans crier garde:«Ils ont éteint presque rageusement jusqu’aux lumières d’escalier, et l’on entend, à présent, un bruit de pas, vers la réception, vers la porte extérieure. Heinrich a dit en souriant: «C’est quand ils décrètent le couvre-feu qu’il faut rester», et le gosse s’est réveillé: «Oui, on organise la résistance.» (p.37) Ou encore: «Heinrich s’arrête au milieu d’un terre-plein ou s’assoit sur le bord d’une fontaine à sec, il mime les situations à mesure qu’il les raconte, et, soudain l’homme massif se fait léger, il lui vient même, sous la pipe, une sorte de sourire espiègle; j’aurais bien fait du théâtre, moi aussi, j’aurais pu. (p.78-79)Si, dans ce roman, le ‘‘poids ...Read more

Progression Terre Avant Ancien Force Etudiant Ordre Couvre-feu Traduction Role Mère Milieu Prix Hôtel Homme Forme Femme Racisme Artiste Vérité Pêche été Compte Ville Oeil Bruit contre Souffrance Mesuré Ce Soir Bon sourire Gloire Allemagne Tunisie mahmoud messadi La Presse Tunis Bizerte Paris

Articles similaires