TN NEWS

Cannes : un très bon cru, politique et social, et des grands perdants

Le Festival de Cannes promettait cette année d’être une grande édition et elle l’a été. Ce qu’il faut retenir à l’heure du bilan.« La sélection cette année était incroyable », avec « des réalisateurs iconiques, puissants, de nouvelles voix du monde entier », a déclaré samedi soir le président du jury Alejandro Gonzalez Iñarritu, avant de donner le palmarès qui a consacré Bong Joon-ho, premier cinéaste sud-coréen à recevoir la Palme d’or. Drame familial et thriller très maîtrisé sur les inégalités sociales, Parasite , qui avait remporté l’adhésion de la presse, est le deuxième film asiatique de suite à remporter la Palme d’or, après Une affaire de famille du Japonais Hirokazu Kore-Eda l’an dernier.Parmi les cinéastes les plus confirmés, Pedro Almodovar, les frères Dardenne, Ken Loach, Terrence Malick, Marco Bellocchio ou Quentin Tarantino n’ont pas déçu, se montrant souvent au meilleur de leur forme. Mais les bonnes surprises sont aussi venus des nouveaux venus, comme le Français Ladj Ly et la Franco-Sénégalaise Mati Diop, tous deux récompensés.> 12 jours d’émotion, de rencontres et de découvertes. Revivez le meilleur de la 72e édition du Festival de Cannes ! — 12 days of emotion, encounters and discoveries. Relive the highlights of the 72nd Festival de Cannes! #Cannes2019 pic.twitter.com/nUxyIe94J6> > — Festival de Cannes (@Festival_Cannes) 25 mai 2019 Des absents au palmarès La malédiction continue pour Pedro Almodovar, qui échoue pour la sixième fois à remporter la Palme d’or. Sa déception doit être immense, car Douleur et gloire , son film le plus personnel, d’une beauté et d’une profondeur saisissantes, avait ses chances. Au lieu de quoi, c’est son double à l’écran, Antonio Banderas, qui a été récompensé du Prix d’interprétation masculine. L’acteur a d’ailleurs dit « ressentir un peu d’amertume car j’aurais aimé que Pedro soit » parmi les primés.Quentin Tarantino et Terrence Malick, respectivement palmés en 1994 et 2011, symbolisaient le retour en force des Américains sur la Croisette. Au final, malgré les ambitieux Once Upon a Time… in Hollywood et Une vie cachée , le jury ne les a pas faits figurer au palmarès.Les vétérans britannique et italien, Ken Loach et Marco Bellocchio, sont eux aussi restés à quai malgré deux très bons films, Sorry We Missed You et Le traître , qui ont certainement pâti de leur classicisme. Enfin, il est le moins connu de tou ...Read more

Coup D'État Politique Avant Force Compétition Film Acteur Grand Prix Voiture Vente Pays Président Espoir Couronne Maison Prix Incroyable Engagement Forme Femme Publication Portrait été Adhésion Famille Oeil Année Heure Bilan Festival de Cannes Ce Soir Samedi Mai Récompense Le meilleur Bon Riche j'aime Gloire Pauvre Déception Traitre Douleur Pedro Monia Chokri La Presse Cannes Dakar

Articles similaires