TN NEWS

Taoufik Blidi: Quelle synergie tunisienne avec la Chine (2/2)

Qui mieux qu’un Tunisien longtemps établi en Chine pour formuler des propositions concrètes à même de développer de réelles synergies entre les deux pays ?Taoufik Blidi, préférant rester discret et gardant sa modestie naturelle, ne s’y hasarde pas facilement. Mais, en lui posant avec insistance la question, il finira par livrer le fond de sa pensée.Le premier pas à franchir, selon lui, c’est l’ouverture des frontières économiques tunisiennes comme déjà de plus en plus d’usage dans le monde, notamment en Asie, surtout dans le domaine industriel, commercial et technologique, tout en préservant un système de protection et de sécurité technologique. «Il va falloir s’y résoudre avec détermination, nous confie-t-il. La Tunisie gagnerait à faire le choix de devenir un grand hub chinois dans la région. C’est-à-dire un centre dynamique d’assemblage, d’intégration, de groupage et de distribution de produits chinois ou d’autres pays, en optant pour l’innovation et la qualité. Ce positionnement avantageux est mutuellement bénéfique aux deux pays. Mais aussi aux autres pays de la région, qu’il s’agisse de la Méditerranée, de l’Europe, du Maghreb ou de l’Afrique subsaharienne. Les opérateurs économiques n’auront pas à aller si loin jusqu’à Guangzhou et affronter les difficultés de la langue, pour effectuer leurs achats. En plus, ils éviteront les délais de transport et recevront beaucoup plus rapidement leurs produits. Cette triangulation Chine-Tunisie-Afrique nous sera très bénéfique.» Une grande université chinoise à Tunis pour la technologie et le managementPour Taoufik Blidi, la faisabilité de ce concept n’est pas très difficile. Nombre de compagnies chinoises explorent sans cesse pareille opportunité, cherchant des partenaires locaux. Ce qu’ils demandent, c’est juste une stabilité du pays, la clarification des procédures, l’obtention avec leurs partenaires tunisiens ou directement de lots de terrains industriels et dépôts en concession sur des périodes de 30 à 50 ans. Evidemment, un écosystème favorable sera un atout majeur. Blidi pense notamment à l’implantation en Tunisie d’une université chinoise de renommée, non pas pour l’enseignemen ...Read more

maghreb Aéroport Sans Frontières Université Offre barcha Intégration Difficulté Distribution Education Extension Infrastructure Technologie Question Ouverture Tunisien Métro Développement Partenariat Innovation Qualité Protection de la sécurité Stabilité Part Point Renforcement Pays Management Industrie Peur Discret bénéfique mieux Chine Tunisie Europe Carthage Tunis Afrique

Articles similaires